immigration-invasion

3e nuit d’émeute à Tourcoing

Publié le Mis à jour le

Seize voitures et quatorze conteneurs à poubelles ont été incendiés à Tourcoing dans la nuit de mercredi à jeudi par la centaine de racailles qui ont pris part aux violences. Pour la troisième nuit consécutive, les occupants ont pris possession des rues et multiplié les crimes et délits.

Le prétexte pour ces trois nuits d’émeutes serait la mort d’un individu qui roulait à vive allure et venait de brûler un feu rouge avant de terminer sa course dans un arbre dimanche. Deux autres individus ont été blessés dans l’accident. Les occupants accusent les policiers de s’être lancés dans une course poursuite avec les délinquants, ce que la police a nié.

L’engagement d’importantes forces de police (plus de 150 personnels et notamment un hélicoptère) a permis vingt arrestations pour différents crimes ou délits. Les accusations vont des caillassages, aux coups sur des policiers en passant par la participation à attroupement armé ou encore pour avoir foncé volontairement en voiture sur des membres des forces de l’ordre.

Ce jeudi en pleine journée les violences se sont poursuivies. Vers 15 heures, un véhicule a été incendié et les pompiers et les policiers qui intervenaient pour éteindre l’incendie ont été attaqués par une cinquantaine de racailles.

foutonslesdehors-lafranceauxfrançais (2)

Nouvelle agression d’un élu par des Gitans en Bretagne : jusqu’à quand leur République accordera l’impunité à ces étrangers ?

Publié le

Il n’est pas difficile d’imaginer la réaction du système politico-médiatique si un maire était frappé en tentant de s’interposer à l’installation illégale de patriotes sur un terrain. Qu’en serait-il si ce même groupe de patriotes agissait en récidive, après avoir saccagé une ville et menacé ses habitants, après avoir multiplié les agressions, les voies de faits, les vols ?

Il n’y a eu pourtant aucune réaction après l’agression du maire de Tréguidel (Bretagne), Daniel Barret. Ce dernier tentait d’interdire à une quinzaine de ces familles étrangères délinquantes de s’installer illégalement sur un terrain municipal samedi. Après l’avoir parfaitement identifié comme maire et donc représentant de leur République, les criminels présents l’ont violemment agressé. Ils se sont ensuite rapidement enfuis. L’élu est actuellement hospitalisé à Saint-Brieuc, victimes notamment de blessures à la face. Il n’y a eu aucune interpellation.

Ces faits sont très loin d’être isolés. Sans compter l’insulte faite à la France et aux Français, les dégâts coûtent des millions d’euros à la collectivité chaque année. Cette charge est d’autant plus lourde qu’elle pèse surtout sur les petites communes, les criminels s’attaquant aux plus faibles, des petites communes rurales isolées, généralement ne disposant pas de brigade de gendarmerie ni de police municipale.

Ce fut le cas à Lesquin ces derniers jours : le maire a déploré dans la presse de « gros dégâts ». Vandalisme gratuit, excréments répandus pour le simple plaisir de nuire : une équipe a dû être mobilisée durant deux jours pour effacer les plus importantes dégradations. Elles sont évaluées à 50 000 euros.

Les maires et plus généralement les élus sont des cibles habituelles des étrangers : à Lacroix-Falgarde, le maire Christophe Laverty a été frappé en tentant de s’opposer à une installation illégale sur un terrain de foot qui devait accueillir un tournoi ; à Erquinghem-Lys, c’est le maire Alain Bézirard qui est attaqué et battu par des criminels qui tentent de surcroît de l’écraser ; à Thorigny-sur-Marne encore, le maire Arnaud de Belenet attaqué par des « jeunes » gitans ; à Frangy, c’est un adjoint au maire, Frédéric Darlot, qui est envoyé à l’hôpital par les occupants

Cela ne doit pas faire oublier encore le raid mené par la racaille itinérante à Saint-Aignan en 2010, les étrangers coupant les arbres, cassant les vitrines, incendiant des voitures, dans un village abandonné par leur République à l’invasion.

La déliquescence de leur régime est telle que non seulement il ne protège même pas ses cadres – surtout s’il ne s’agit que de maires de villages sans influence – mais, pire encore, de son « élite » médiatico-politique jusqu’aux simples élus, aucune voix ne s’élève pour dénoncer la situation et mettre la communauté française en face de ses responsabilités contre l’invasion de groupes qui ne s’intégreront jamais – et c’est bien heureux – et qui profite de la faiblesse de leur État pour spolier les Français.NOTRE ZAD C'EST LA FRANCE-

Règlement de comptes entre criminels étrangers « migrant » à Calais : un blessé par balle

Publié le Mis à jour le

De nouveaux violents affrontements ont opposé les groupes de criminels étrangers laissés libres dans les rues de Calais par le gouvernement d’occupation. Une fusillade s’est produite dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’une des nombreuses zones de non-droit désormais abandonnées aux étrangers.

Arrivés après les faits, les secours ont retrouvé un étranger grièvement blessé par balles. Il a été, aux frais du contribuable, pris en charge par les pompiers et hospitalisé.

« Il y a eu des violences avec arme à feu dans la nuit, un migrant a été grièvement blessé, mais ses jours ne sont pas en danger. Une enquête est en cours pour tentative d’homicide volontaire qui vise à chercher l’arme et l’auteur des coups de feu et c’est la PAF qui a été saisie car c’est en lien avec des faits de passeurs »

a précisé un représentant du parquet de Boulogne-sur-Mer. Il a évoqué les affrontements réguliers entre groupes criminels qui se disputent les territoires comme ils le faisaient avant d’envahir la France au Soudan, en Érythrée ou en Afghanistan.

Il y a aujourd’hui officiellement 2 300 clandestins à Calais, au moins deux fois plus selon des sources policières, une présence accrue à cause de la politique criminelle de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve qui donnent des papiers à tous ceux qui en font la demande et qui par ailleurs ont ouvert un « centre de jour » où les Français payent chaque jour pour fournir à ceux qui les envahissent plusieurs centaines de repas.

La même source judiciaire a d’ailleurs précisé :

« Il y a un afflux de migrants encore tout à fait exceptionnel ».

Sauvons Calais-manif 07062015

Huit heures d’émeutes dans un quartier envahi de Savigny-sur-Orge

Publié le Mis à jour le

Prenant prétexte d’une opération de police pour mettre fin à des délits dans un hall d’immeuble, les occupants ont lancé une émeute mardi en fin d’après-midi dans le quartier de Grand Vaux à Savigny-sur-Orge. Les violences ont duré huit heures, s’achevant vers une heure du matin. Le bilan est lourd : un policier blessé, une voiture et huit conteneurs à poubelles incendiés, de nombreux caillassages contre les pompiers et les policiers. Il n’y a eu que deux interpellations.

À l’origine des violences, une patrouille de police appelée sur des nuisances commises par un groupe de racailles dans une entrée d’immeubles a rapidement dégénéré. Les policiers, qui dérangeaient probablement le trafic, ont été violemment agressés.

Un syndicat du système, refusant de dénoncer les véritables maux à l’origine de la situation – leur République et l’invasion – s’est contenté d’évoquer « le sentiment d’impunité dont font preuve ces délinquants qui n’hésitent pas, pour faire de ces quartiers leur territoire, à s’en prendre lâchement et physiquement aux forces de l’ordre ».

Dans la nuit de mercredi à jeudi, d’autres incendies criminels ont été constatés, notamment contre une voiture à nouveau et plusieurs conteneurs à poubelles.

racailles_police_nationalistes