Hommage à Albert Dovecar, héros de l’Algérie française

Publié le Mis à jour le

Une cérémonie en hommage à Albert Dovecar était organisée en Autriche le 7 juin. Nous diffusons ci-dessous le message du président de l’Association pour la défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus de l’Algérie française (ADIMAD) (site), Jean-François Colin, qui l’organisait, précédé d’une présentation de François Ferrier.

 

Il n’est de richesses que d’hommes au sens le plus noble du terme. Nous venons de rendre hommage ce dimanche 7 juin 2015 à Graz en Autriche à Albert Dovecar un héros de l’Algérie française assassiné le 7 juin 1962 par le plus grand traître de l’histoire de France, un certain De Gaulle Charles. Bobby, comme l’appelaient ses amis de combat pour que la France reste la France, au mépris de l’infamie Gaulliste, a accompli la mission qui lui avait été assignée par le lieutenant Roger Degueldre, le chef des commandos Delta. Il n’hésita pas à châtier ceux qui voulaient abandonner notre drapeau sur une terre française.
Chers amis méditez l’hommage qui a été rendu à Graz. Oui, car demain, les mêmes traîtres ne vont pas manquer de recommencer sur d’autres provinces de France pour livrer le sol de notre France millénaire aux mondialistes apatrides. Sachez alors qu’il faudra combattre pour libérer notre pays des envahisseurs qui sont guidés par la piétaille politicienne qui depuis des décennies ont fait « main basse » sur les terres des Français de toujours.
Devenez des Bobby Dovecar, afin de chasser les ennemis de la France. Courage on les aura.

DOVECAR TOMBE GRAZ 7 JUIN 2015 (2)

 

 

Graz le 7 juin 2015

Chers Camarades, cher(e)s Amis,

Avant de commencer, je tiens à remercier tout spécialement notre camarade Horst Bräuer. Sans lui nous ne serions pas ici aujourd’hui. Il a mis tout son cœur et son énergie à nous aider dans la réalisation de cette œuvre de mémoire et de respect. Cette sépulture restaurée magnifiquement est la concrétisation de son dévouement. Merci aussi à Louis de Condé qui a mis en relation l’ADIMAD MRAF avec l’ami Horst. Merci encore à Hubert Kraus qui est venu rendre hommage à Albert Dovecar avec son clairon. Merci toujours à vous qui avez fait l’effort de vous déplacer jusqu’ici. Et je n’aurais garde d’oublier les si nombreux donateurs qui, grâce à leur générosité, ont permis qu’Albert Dovecar ait une dernière demeure digne de son sacrifice…

« J’étais venu à la Légion pour trouver une maison, une famille. »

Albert Dovecar est né le 19 juillet 1937 à Tuzno, en Yougoslavie. Sa famille fuit le régime communiste et s’installe à Graz, en Autriche.

Ses études terminées, Albert décide de mettre ses actions en accord avec son idéal anticommuniste et son goût de l’aventure. Sa destination ? Marseille ! Le bureau d’engagement de la Légion étrangère. Il n’a pas encore 20 ans. Il contracte un contrat de cinq ans sous le pseudonyme de Dodevar. Départ vers Sidi Bel Abbés.

DOVECAR TOMBE GRAZ 7 JUIN 2015 (1)

Ses supérieurs veulent l’orienter vers la musique du 1er Étranger puisqu’il joue parfaitement du piano. Mais Albert veut être soldat, pas musicien ! Il le deviendra au prix de grands efforts : apprentissage du français, acceptation d’un entraînement extrêmement dur et de la discipline de fer de la Légion. Volontaire pour le plus exigeant et le plus prestigieux des régiments étrangers, le 1er Régiment étranger de parachutistes (REP), il obtient son brevet de sauts et y est affecté. Son patron sera le légendaire colonel Jeanpierre. C’est la consécration dont il rêvait.

Il rejoint la 1re compagnie du 1er REP. Tout de suite, il prend part à la bataille des frontières. Il s’y distingue particulièrement, à tel point que le plus admiré des chefs de section, le lieutenant Roger Degueldre se lie d’amitié avec lui. Il devient « Bobby » pour tous ses camarades et gagne sa première citation qui lui confère la croix de la Valeur militaire. Il est blessé au combat, cité encore deux fois, nommé caporal très rapidement. Puis encore plus rapidement sergent : c’est le plus jeune sous-officier du 1er REP !
Il accompagne son régiment dans toutes ses aventures : les opérations où les camarades tombent, le défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées, les Barricades, le Putsch… la dissolution de son unité.

DOVECAR TOMBE GRAZ 7 JUIN 2015 (8)

Le 25 avril 1961, Bobby « déserte ». Pour lui, ce n’est pas une désertion. Il le dira lors de son procès : « Si j’avais déserté, j’aurais quitté l’Algérie pour retrouver ma famille en Autriche. J’ai continué le combat sous une autre forme afin que mes camarades ne soient pas morts pour rien, afin que les Français d’Algérie restent chez eux, en France ! »
Il rejoint son ami respecté, le lieutenant Degueldre, qui lui aussi a rejoint les résistants à la lâcheté gaulliste.

Roger Degueldre crée les Commandos Delta et Bobby deviendra tout de suite le chef de Delta 1. C’est ce commando qui accomplira les opérations les plus hardies et les plus dangereuses. Les traîtres gaullistes, les porteurs de valises, les barbouzes, les terroristes FLN, paieront ainsi le juste prix de leurs infamies !
Après l’exécution d’un commissaire politique gaullard acharné à traquer les patriotes il finit par être arrêté. Transféré à la caserne des Tagarins il y est atrocement torturé par les sicaires du régime de Paris. Il n’avouera rien !

Transféré en Métropole, Albert va être jugé par un « tribunal » d’exception. La sentence est connue d’avance : Charles De Gaulle dicte ses ordres aux « juges » : c’est la mort en compagnie de son compagnon d’infortune – innocent – Claude Piegts !

La mère d’Albert tente toutes les démarches possibles pour faire annuler l’horrible diktat du général de Geôle. En vain. Elle effectue alors une dernière tentative, auprès de son ambassade cette fois, qui transmettra sa requête au chancelier d’Autriche. Ce dernier profite d’une visite en France pour intervenir auprès du Garde des Sceaux, Jean Foyer, qui lui déclare : « C’est tout à fait impossible. Albert Dovecar n’est plus Autrichien. Il vient d’obtenir la nationalité française ! » Le Commandant Ollié responsable du SMOLE (Service moral de la Légion étrangère) en aura confirmation de la bouche du conseiller prés de l’Ambassade d’Autriche, Monsieur Eiseberg ; la naturalisation française sera officialisée, avant l’assassinat de Dovecar !

7 juin 1962, à 2 h 30, on frappe à la porte de sa cellule de Fresnes. Bobby se lève sans un mot. Il refuse un vêtement civil. Il est soldat, il partira en soldat. Le sergent Albert Dovecar endosse sa tenue camouflée et y accroche ses décorations. Il coiffe son béret vert et enroule autour de son cou le foulard du 1er REP. Il apprend que son frère d’infortune, Claude Piegts – innocent – l’accompagne pour son dernier voyage ! Albert et Claude montent dans le fourgon cellulaire. Cette marche vers la mort va durer 40 minutes. Direction : le Trou d’enfer, au fort militaire de Marly-le-Roy.

Les deux martyrs refusent d’avoir les yeux bandés. Claude Piegts tient à la main une croix en céramique, Albert Dovecar serre son foulard de parachutiste.

Claude Piegts crie : « Visez au cœur ! », puis « Vive l’Algérie française ! ».

Albert Dovecar lance : « Vive l’Autriche ! Vive la Légion ! »

Il est 4 h 12 quand les deux salves simultanées déchirent le silence du matin. Puis ce sont les deux coups de grâce. Le petit jour se lève sur les frondaisons. Les assassinats sont consommés…

Les deux corps sont décrochés. Le sang se perd dans la rosée ; sur le foulard vert de Dovecar, déjà rougi, se détache en lettres noires la devise célèbre depuis Zéralda : « On ne peut demander à un soldat de se parjurer ».

Les deux aumôniers, à genoux, se recueillent. C’est la mise en bière. Dans un fourgon aux rideaux noirs baissés, on dépose les cercueils.

Sous le porche du fortin, les soldats présentent les armes.

Par la route de Versailles, le convoi qui ne se compose plus que de quelques voitures escortées par vingt motards, gagne le cimetière de Thiais.

Dans ce carré des suppliciés, tandis que les deux aumôniers récitent une dernière prière sur les tombes fraîchement creusées, les dépouilles sont mises en terre, celle de Dovecar d’abord, puis celle de Piegts.

À 5 h 40 tout est terminé.

À l’Élysée De Gaulle dort du sommeil dont on aurait souhaité qu’il fût le dernier…

Nous sommes sûrs, Bobby, que de là où tu es, tu nous adresses ton plus fraternel salut ! À bientôt !

 

 

« Seigneur voici couler le sang de nos garçons,
Il a tout recouvert la patrie déchirée.
Quand verrons-nous jaillir, ô tardive saison,
De tout ce sang versé la moisson désirée ? »

Robert Brasillach

Albert Dovecar-Légion étrangère-OAS

Publicités

L’agent d’Israël Fabius tente encore de faire échouer un accord avec l’Iran

Publié le Mis à jour le

L’agent d’Israël Fabius tente encore de faire échouer un accord avec l’Iran

Le Juif Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’occupation, alors que la signature d’un accord avec l’Iran est à nouveau à l’ordre du jour, tente une fois encore de faire échouer les négociations sur la question du nucléaire civil. L’homme du sang contaminé, qui s’accommode fort bien de la détention en toute illégalité et en dehors de tout contrôle international par l’État criminel d’Israël de plusieurs centaines de têtes nucléaires, a adopté les positions des plus extrémistes des politiciens d’Israël sur l’Iran.

En réclamant un accès quasi total à toutes les infrastructures iranienne, notamment militaire, il impose des demandes qu’il sait irrecevables. Et si elles étaient acceptées, elles feraient avant tout la joie des services secrets de l’entité sioniste, qui menace régulièrement depuis des années d’attaquer l’Iran et qui serait comblée de recevoir toutes ces informations.

Interrogé sur des « doutes » concernant la volonté de l’Iran de ne pas se doter de l’arme nucléaire, il a répondu :

« Oui, et notamment sur un point très important, c’est la vérification. Un accord qui n’est pas vérifiable n’est pas appliqué ».

C’est sans doute pour cela que l’entité sioniste ne fait l’objet d’aucun accord sur le sujet. Alors que l’Iran a accepté un large accès de ses installations nucléaires aux experts internationaux, les membres du groupe « 5+1 » (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), notamment sous la pression du lobby juif, exigent toujours plus.

L’agent d’Israël en France avait déjà affirmé en mai que le gouvernement d’occupation refuserait un accord sans un accès total, sachant que celui-ci serait rejeté par le gouvernement iranien.

iran-menace_paix_israel

Impunité judiciaire pour les tueurs, accentuation des constructions, rejet des plaintes des non-Juifs : Israël est bien « grande démocratie »

Publié le Mis à jour le

L’État criminel d’Israël est de façon habituelle présenté dans les médiats aux ordres comme une « grande démocratie » et un État de droit. Ces derniers jours particulièrement, les informations s’accumulent pour rappeler qu’il n’en est rien.

Hier, la Cour suprême israélienne a rejeté la demande des habitants et des autorités de Deirat demandant que leur soient confiées les politiques d’urbanisme et de construction en Cisjordanie. L’entité sioniste s’arroge ainsi le droit de poursuivre sa politique de colonisation au détriment des populations locales, contre leur avis et contre leur intérêt, dans le but d’y loger des extrémistes juifs. Quasi systématiquement, les autorités refusent tous les projets immobiliers présentés par les Palestiniens et acceptent tout aussi invariablement les demandes des colons. Cela permet ainsi à « justice » juive de faire raser régulièrement les nouvelles constructions des Palestiniens pour y étendre les colonies.

L’association Les Rabbins pour les droits de l’homme (RHR, Rabbis for Human rights) a dénoncé un jugement qui « légitime un régime de séparation et de discrimination ». « Avec cette décision, la cour a renforcé le contrôle militaire sur les vies de millions de Palestiniens », précise RHR, qui rappelle que les colons sont jugés devant des cours civiles, tandis que les Palestiniens le sont devant des tribunaux militaires.

Palestine : pas de procès pour le meurtre de quatre enfants par Tsahal

C’est dans ce contexte justement qu’un tribunal militaire annonçait hier également l’abandon de toutes les poursuites et l’arrêt d’une enquête concernant la mort de quatre enfants palestiniens, âgés de 9 à 11 ans, assassinés sur une plage durant l’été 2014 à Gaza. D’autres faits similaires ont subi le même sort. Durant cette période, l’armée d’Israël a assassiné 2 200 Palestiniens, en grande majorité des civils, sans avoir subi la moindre menace, ni mesure de rétorsion, ni gel d’avoirs, ni « sanctions » de la part d’aucun pays de la « communauté internationale ».

Les forces sécuritaires juives maltraitent « systématiquement » les enfants palestiniens

L’association Military Court Watch (MCW) a diffusé un rapport évoquant les maltraitances « systématiques » des enfants palestiniens confrontés aux forces de sécurité de l’État criminel d’Israël. L’association, basée en Cisjordanie, rappelle que depuis l’invasion de 1967, jusqu’à 95 000 enfants ont été emprisonnés. MCW a détaillé dans le rapport les cas de 200 mineurs ayant été confrontés à des mauvais traitements depuis 2013. Les violences, physiques ou mentales, sont « fréquentes, systématiques et institutionnalisée», selon MCW, qui évoque « des conduites agressives, des menaces sont utilisées parfois durant les interrogatoires, y compris des menaces de coups, de viol, de détention dans des cellules d’isolement, d’électrocution, ou de tirs », des privations d’avocats, l’absence de contact avec la famille, etc.

israel-aucune-critique-autorisee

Un drapeau marocain flotte devant la mairie de Bergerac

Publié le Mis à jour le

Une (nouvelle) trahison du maire promusulman Daniel Garrigue et de son adjoint Adib Benfeddoul : un drapeau marocain flottait ce jeudi devant la mairie de Bergerac.

Ce jeudi 11 juin 2015, un conseil extraordinaire se tenait à la mairie de Bergerac en Dordogne, et aucun citoyen de Bergerac n’était au courant… L’ordre du jour de cette réunion ? Un vote du conseil municipal pour décider d’un jumelage de la ville de Bergerac, 30 000 habitants, avec la ville de Kenitra au Maroc 420 000 habitants… Le conseil a voté positivement, Bergerac est donc lié avec une ville marocaine 14 fois plus peuplée, ce jumelage, n’en doutons pas, donnera lieu à de nombreux échanges culturels enrichissants pour les Bergeracois !

Qui est Daniel Garrigue ? Député UMP au parlement jusqu’en 2012, proche de De Villepin, il vota, en opposition à son propre parti, contre l’interdiction de la burqa. Ce promusulman est aussi un fédéraste européiste : après avoir quitté l’UMP, il fut le créateur du club « Les Français pour l’Europe ». Devenu maire de Bergerac, il propulsa son poulain Adib Bendfeddoul, un pharmacien – O hasard – marocain, premier adjoint au maire, puis, lors des cantonales de 2015, le présenta comme candidat. Élu conseiller départemental, Adib Benfeddoul, sa victoire fut saluée par les « youyous » des islamistes venues le soutenir dans la mairie de Bergerac, le soir de l’élection.

Aucun Bergeracois n’a été mis au courant, ni n’a été consulté, au sujet de ce jumelage, la réunion extraordinaire s’est faite à la hâte et dans le dos des citoyens de Bergerac ; après avoir payé pour tous les punks à chien au RSA qui minent Bergerac, pour les étrangers innombrables, voici qu’ils devront désormais financer les « échanges culturels » avec la ville marocaine – d’une région d’où est originaire Adib Benfeddoul, heureux hasard. Nul que les habitants aimeront le multiculturalisme et la diversité, et leurs enfants aussi…

Daniel Garrigue traitait le FN de parti mortifère aux dernières élections… C’est pourtant bien lui qui tue Bergerac.

Bergerac drapeau marocain-062015-

Journal du 12 juin 2015

Publié le

Journal du 12 juin 2015

 

jeune_nation_by_rouesolaire-d6tuza5

 

 

FRANCE

Nouvelle provocation de l’extrême gauche et des colons africains en plein Paris

Les associations marxistes ont une fois encore manipulé plusieurs dizaines de délinquants étrangers à Paris hier. Après des squares, des églises, des bibliothèques, environ 200 à 300 étrangers ont attaqué une caserne de pompiers désaffectée. Ils y sont restés durant plusieurs heures, le gouvernement refusant d’employer la force contre les colons et leurs soutiens, négociant au contraire, avec l’argent du contribuable, leur installation dans des hôtels et dans des centres d’hébergement.

Jamais aucun des « humanistes » marxistes n’était venu dans ces lieux, qui servent depuis des mois de place de distribution de l’armée du salut. La pauvreté des Blancs ne les intéresse pas et les capitalistes internationaux ont besoin de main d’œuvre renouvelée, que leur fournissent avec ardeur les partis d’extrême gauche.

Faits divers & occupation

-Un individu de 33 ans a été grièvement blessé par balle dans le quartier envahi de Lille-Sud hier en plein après-midi. Son agresseur, qui a été arrêté, à utiliser un pistolet-mitrailleur de type uzi ; tous deux sont des délinquants connus.

-Un chauffeur de bus a été agressé à Dijon par une quinzaine de racailles, dont l’une était cagoulée et armée. Il n’y a eu aucune interpellation.

-Les corps d’une femme de 29 ans et un nouveau-né ont été retrouvés dans une habitation de Joncherey (Territoire de Belfort). Le compagnon de la jeune femme, avec laquelle il a une fillette de quatre ans, a été arrêté ; il a déclaré qu’il s’agissait d’un « avortement » qui se serait mal déroulé.

-Deux criminels de 21 et 27 ans n’ont écopé que de 27 mois de prison pour avoir infligé de graves sévices à un jeune autiste de 26 ans. Ils lui avaient extorqué sa carte bleue et son code pour lui voler 500 euros, le frappant et le séquestrant durant une dizaine d’heures.

-Mustapha, un Turc jugé pour avoir assassiné un autre turc qui l’accusait d’être homosexuel, a été condamné à 16 ans de prison. « C’était une douleur en moi depuis des années cette histoire d’homosexualité et ça s’est terminé par cette catastrophe. J’ai détourné la tête et j’ai porté un coup au hasard. Je n’ai pas regardé, je n’avais pas l’intention de tuer. Je n’avais pas toute ma tête, j’ai frappé au hasard. Il avait joué avec mon honneur », a-t-il déclaré, racontant comment il avait lutté contre des pulsions déviantes, une « maladie » comme il l’a rappelé. « Avant tout, ce n’est pas compatible avec la nature de l’humain. C’est une maladie physique. Mon corps a toujours voulu ce type de relation, mais avec ma tête j’ai toujours empêché cela ». Son père, qui n’est sans doute un électeur du Front national, avait précisé : « les homosexuels, il faut leur tirer une balle dans la tête direct. Si mon fils est homosexuel, qu’on lui fasse une injection létale ou qu’on lui tire dessus ».

BASSE POLITIQUE

Le Pen contre Le Pen : le FN au tribunal

C’est ce vendredi que le tribunal de grande instance de Nanterre examine le recours déposé par Jean-Marie Le Pen. Il conteste la suspension de son adhésion, décidée par le bureau exécutif du parti qu’il a dirigé durant près de quarante ans avant de le céder à sa fille en 2011. Il dénonce également la suppression de son poste de président d’honneur, qui sera examinée également ce vendredi par la direction du néo-FN via le tripatouillage des statuts.

Il a menacé sa fille de lourdes conséquences si le tribunal ne lui donne pas raison :

« Les portes du pouvoir se fermeront à jamais devant Marine Le Pen. Quand on veut conquérir le pouvoir, on rassemble, on regroupe, on ne divise pas »,

a-t-il dit.

Jean-Marie Le Pen a par ailleurs annoncé la création d’une association politique, qui lui servira notamment à récupérer ses archives. La direction du néo-FN lui a retiré sa carte de crédit et lui refuse tout accès aux locaux du FN. Sa fille, elle, refuse même de lui adresser la parole.

Reportage d’Envoyé spécial sur la crise du FN

Ci-dessous, les morceaux consacrés aux nationalistes, aux anciens membres du FN et autres opposants d’extrême droite à la « ligne » Marine Le Pen :

http://vk.com/video-59782246_171186431

//vk.com/video_ext.php?oid=-59782246&id=171186431&hash=4bacb055f90099d2&hd=2

Ci-dessous en entier :

http://vk.com/video-59782246_171186432

//vk.com/video_ext.php?oid=-59782246&id=171186432&hash=28a78edc62bf57e7&hd=2

Moins de cinquante personnes pour soutenir les corrompus juifs UMP-Républicains Balkany-Smadja

Selon les médiats, ils ont été une trentaine. Une trentaine pour manifester devant le siège de France Télévisions pour apporter leur soutien au couple de corrompus juifs du groupe Les Républicains (ex-UMP) Patrick Balkany et Isabelle Smadja, condamné dans le passé pour corruption et actuellement visé par de multiples enquêtes.

« J’en appelle à tous les levalloisiens, nous ne devons plus accepter ce lynchage permanent, ce déferlement de haine et de mensonges dont sont victimes notre député-maire Patrick Balkany ainsi que son épouse Isabelle Balkany. La présomption d’innocence est bafouée et le secret de l’instruction violé »,

a ainsi déclaré Sylvie Ramond – qui vit grâce à son poste d’adjointe au maire –, qui a pris la tête de ce rassemblement où participaient essentiellement des individus liés aux deux corrompus.

[Les Jeunes pop, à peine devenus Les Jeunes Républicains soutiennent – déjà – les corrompus]
[Les Jeunes pop, à peine devenus Les Jeunes Républicains soutiennent – déjà – les corrompus]

Délepénisation : 16 membres du FN exclus

Conformément aux réquisitions des médiats du système et des groupuscules d’extrême gauche qui avaient traqué et dénoncés ces mal pensants, le néo-FN a validé l’exclusion de seize membres du parti d’extrême droite, sur seize dossiers examinés. Des statistiques de 100 % de condamnations qui n’avaient plus été vues en Europe depuis les procès de Moscou. Candidats aux élections départementales de mars 2015, tous étaient accusés d’avoir tenu des propos « homophobes », « racistes », « xénophobes », antirépublicains, ou de s’être laissés aller à d’autres pensées dissidentes déplaisant au régime et à son nouvel allié.

En bref

* Faibles peines inéligibilité pour quatre sénateurs

Le Conseil constitutionnel a déclaré inéligibles quatre sénateurs (Aymeri De Montesquiou et Pierre Jarlier, UDI, François Aubey, PS, et Jean-Patrick Courtois, LR) après le rejet de leurs comptes de campagne – un comble pour des élections se jouant devant les grands électeurs et ne nécessitant pas, théoriquement, de fonds importants. Cela conduira à deux élections sénatoriales partielles pour deux d’entre eux élus sur un scrutin uninominal, et le remplacement par le suivant sur la liste élue pour les deux autres élus au scrutin de liste.

* Cumulard : corrompu et bilderberguiste

Alain Juppé, le choix des mondialistes pour 2017 ? C’est ce que laisse entendre son invitation au happening mondialiste du groupe Bilderberg depuis jeudi en Autriche. Comme chaque année, l’événement sera totalement censuré par les médiats qui ne fourniront aucun compte-rendu, alors que de nombreux journalistes et directeurs de journaux figurent parmi les membres et invités du cercle immondialiste. Le corrompu de Bordeaux ne sera pas seul : la conseillère économique de François Hollande, Laurence Boone, issue de Meryll Lynch, l’accompagnera – en jet républicain ?

* Sondage Île-de-France

Selon un sondage IFOP, Valérie Pécresse (LR) arriverait en tête au premier tour des élections régionales en Île-de-France avec 28 %, devant Claude Bartolone (24 %), le FN (16 %), EÉLV (10 %), l’UDI (8 %), le PC (7 %) et Debout la France (5 %). Au second tour, les listes LR et PS sont données à 41 % chacune, contre 18 % au FN.

* Républicains et républicains

Après le changement de nom de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) en Les Républicains (LR), la contre-attaque des sénateurs du PS ne s’est pas fait attendre. Le Groupe socialiste et apparentés (GSA) s’appelle désormais : Groupe socialiste et républicain du sénat (GSRS). Personne ne pourra plus prétendre désormais que le Sénat ne sert à rien…

* Satisfaction

« Le gros de la crise est derrière nous. En interne, tout le monde se satisfait de la solution démocratique, du vote des adhérents sur le statut du président d’honneur. Il n’y a pas eu de fracture chez nous »

Marion Maréchal-Le Pen sur son grand-père, qui « s’enfonce dans un état d’esprit belliqueux, revanchard ».

* Sondages du gouvernement Fillon : perquisitions en série

Plusieurs perquisitions ont été réalisées hier, notamment au ministère de la Santé et des Affaires sociales, dans le cadre de l’enquête sur les dépenses en communication du gouvernement Fillon, soupçonnées d’avoir été réalisées en dehors des règles sur les marchés publics. Une enquête est ouverte pour favoritisme et détournement de fonds publics.

* On change (parfois) une équipe qui perd

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a annoncé un « mini remaniement » du gouvernement Valls II la semaine prochaine. Outre le départ de la secrétaire d’État au Commerce, à l’Artisanat, à la Consommation et à l’Économie sociale et solidaire Carole Delga, qui a choisi de se consacrer à la campagne pour les élections régionales, le gouvernement doit procéder au remplacement de Geneviève Fioraso, secrétaire d’État chargée de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, démissionnaire depuis plusieurs mois.

Aymeri De Montesquiou, républicain très exemplaire

Ce n’est pas la première fois que le désormais ex-sénateur UDI Aymeri De Montesquiou, évoqué ci-dessus, fait parler de lui cette année. En mars dernier, la justice avait obtenu la levée de son immunité parlementaire dans le cadre de l’enquête dite du Kazakhgate. Depuis avril dernier, il est également visé par une enquête judiciaire menée par l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

La Haute Autorité pour la Transparence de la vie politique (HATVP) a évoqué des « doutes sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de ses déclarations [de patrimoine], en raison notamment de l’omission d’œuvres d’art et d’avoirs importants détenus à l’étranger ainsi que de la sous-évaluation de son patrimoine immobilier ».

Trois affaires en trois mois l’ont élevé au rang de républicain très exemplaire. Malgré cela, jusqu’à hier, il était toujours sénateur de leur République, aux côtés de Serge ‘Dassault’ Bloch – qui lui l’est toujours ce matin – et de nombreux autres corrompus.

EUROPE

Plutôt que le commerce d’enfants et l’invasion : politique nataliste d’un village portugais

Alors que les mondialistes et autres racistes antiblancs affirment que seule l’invasion massive de l’Europe et la disparition des Européens résoudra les problèmes économiques et sociaux à venir, le maire d’Alcoutim, un petit village du sud du Portugal, a décidé de mettre en place un embryon de politique nataliste.

Dans le pays qui possède le pire taux de natalité en Europe – 1,21 enfant par femme, très nettement sous le seuil du renouvellement des générations –, le maire du village a annoncé la création d’une prime de naissance de 5 000 euros.

Luton, ville envahie de Grande-Bretagne

Images tournées par les responsables du parti Britain First.

[https://youtu.be/MzdogL2v2mg]

ÉTRANGER

Les amis du Qatar, de l’Arabie séoudite et de la Turquie massacrent 20 Druzes en Syrie

Le Front pour la victoire du peuple du Levant (Jabhat an-Nuṣrah li-Ahl ash-Shām dit Front al-Nosra), soutenu, financé, entraîné et (ou) armé par le Qatar, l’Arabie séoudite et la Turquie, mais aussi par les États-Unis qui le favorise en ciblant quasi exclusivement dans ses bombardements l’État islamique (ÉI), a massacré vingt druzes à Qalb Lozé (Syrie, Idleb, extrême nord-ouest). Le crime perpétré par le groupe affilé à La Base (el-Qaïda) s’est déroulé tout près de la frontière avec la Turquie.

Dans un premier temps, une altercation se serait produite entre un habitant du village ayant servi dans l’armée syrienne et un terroriste venu lui voler sa maison. La minorité druze compte environ 600 000 personnes en Syrie. Les Druzes du nord du pays, qui ne représentent que quelques milliers de personnes, avaient majoritairement soutenu les rebelles

La veille du massacre, le dirigeant druze au Liban Walid Joumblatt avait appelé les Durzes syriens à rejoindre les rangs des rebelles, affirmant que « le régime est fini ». À l’opposé, le dirigeant druze libanais Wiam Wahhab a déclaré que « seul l’axe de la Résistance (irano-syrien) protège les Druzes ».

Le monde en guerre

* Islamisme mondialisé

Deux Pakistanais à papiers américains, les frères Raees Alam Qazi et Sheheryar Alam Qazi, âgés de 22 et 32 ans, ont écopé de 35 et 20 ans de prison pour avoir projeté des attentats à New York et agressé deux agents fédéraux lors d’une comparution. Ils avaient reconnu les faits et plaidé coupables.

* Europe

-Ukraine. Les violences dans l’est du pays ont fait cinq morts, deux militaires – treize autres ont été blessés – et trois civils.

* Afrique

-Nigéria. Des attaques attribuées au Groupe sunnite pour la prédication et la lutte (Jama’atu Ahlis Sunna Lidda’Awati Wal-Jihad, dit Boko Haram) ont fait 43 morts à Matangale, Buraltima et Dirmanti (Borno, nord-est). Une soixantaine d’islamistes auraient participé aux massacres.

* Maghreb

-Libye. La branche libyenne de l’État islamique (ÉI) a montré fièrement (!) deux avions de chasse qu’elle dit avoir détruits dans une base aérienne dont elle a pris le contrôle près de Syrte, au détriment du gouvernement parallèle de Tripoli.

* Proche Orient

-Syrie. Des combats se sont produits autour de la base aérienne d’el-Thala (Soueïda, sud-ouest). Les autorités ont annoncé avoir repoussé une attaque des rebelles, tuant plus de cent d’entre eux et plusieurs dizaines de blindés. Les rebelles ont affirmé avoir pris le contrôle des lieux et abattu un avion.

-Irak. Au lendemain de l’annonce de l’envoi de 450 militaires supplémentaires dans le pays, portant l’effectif total des soldats américains à plus de 3 500, le chef d’état-major de l’armée américaine a évoqué la possibilité de la construction de nouvelles casernes militaires pour ses soldats ainsi qu’un centre d’entraînement, ce qui conduirait à l’envoi de nouvelles troupes. Ce sont les agressions américaines qui ont plongé le pays dans le chaos durant les années 1990 puis 2000 ; le contingent américain a compté sur place alors près de 200 000 soldats.

* Asie

-Pakistan. Un attentat suicide a fait deux morts et six blessés parmi des fonctionnaires de police protégeant un de leur commandant à Peshawar. Ce dernier a été grièvement blessé. L’attaque a été revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP, Tehrik-e-Taliban Pakistan).

AGENDA

20 juin 2015, Paris : manifestation pour les chrétiens d’Orient

chrétiens d'orient - manif 20052015-Paris

Information : Civitas.

27 juin 2015, Épinal : Rencontre militante avec Lorraine nationaliste

rencontre Epinal Lorraine nationaliste Romary Août 2005

27 juin 2015, Isère : Feux de la Saint Jean

feu_saint_jean-isere_natio-2015

(Plus d’information)

Retrouvez tous les rendez-vous nationalistes et identitaires sur notre page agenda.

© Jeune nation – 2015

Manifestation contre les quotas et l’immigration en Estonie

Publié le Mis à jour le

Lent et diffus, le refus de l’invasion se fait connaître chaque jour plus dans les rues d’Europe. Aux voix des nationalistes s’ajoutent désormais celles des partis patriotes dans les pays les moins corrompus. Le Parti populaire conservateur d’Estonie (en estonien, Eesti Konservatiivne Rahvaerakond, EKRE) a organisé une seconde manifestation devant le parlement estonien ce jeudi pour dénoncer la politique des quotas de migrants que veut imposer l’Union européenne (UE), et plus généralement contre l’invasion.

manif-Estonie-vs-invasion-11052015-92

Le président du parti, Mart Helme, a déclaré qu’il s’agissait de maintenir la pression sur le gouvernement qui a promis de refuser ces « quotas » :

« Ainsi, le gouvernement ne serait pas d’accord pour les quotas, et n’accepterait pas l’immigration de masse. Nous voulons que le peuple fasse connaître son point de vue et dise haut et fort qu’il attend que le gouvernement tienne parole »,

a-t-il précisé.

Le président de l'EKRE à la tribune
Le président de l’EKRE à la tribune

S’il a dit accepter une immigration à hauteur de 50 à 100 personnes par an et s’il a donné son accord à la police pour faire la chasse aux « slogans provocateurs », cette manifestation est un rappel du large refus des Européens de l’invasion.

« Les Estoniens ne subiront pas la conséquence des actions de la mafia italienne, dirigée par les francs-maçons Mogherini et Juncker »
« Les Estoniens ne subiront pas la conséquence des actions de la mafia italienne, dirigée par les francs-maçons Mogherini et Juncker »

L’un des manifestants a d’ailleurs fait savoir qu’il ne voulait pas que son pays suive la voie de la Suède et des autres nations de l’Ouest. Comme beaucoup d’autres, il précise que si les « réfugiés » doivent être aidés, c’est dans leur pays, pas sur notre sol à notre détriment.

« Les Africains doivent être aidés dans leur propre pays » - « Stop à l'islamisation de l'Europe »
« Les Africains doivent être aidés dans leur propre pays » – « Stop à l’islamisation de l’Europe »

Parmi les manifestants, les médiats ont noté la présence de Kristiina Ojuland, ancienne ministre qui mettait en garde il y a quelques jours contre les dangers pesant sur la race blanche.

Kristiina Ojuland
Kristiina Ojuland

Parmi les nombreux slogans lancés par les manifestants ou affichés sur des pancartes figuraient :

« NON à l’assimilation et au remplacement des populations autochtones. OUI à l’aide aux réfugiés dans leurs continents d’origine »

« Stop islam »

« Nous ne voulons pas de mosquée en Estonie »

« Non aux quotas de migrants »

« Le Parlement n’est pas un maître, mais un serviteur »

manif-Estonie-vs-invasion-11052015-10

« Les Africains doivent être aidés dans leur propre pays »

« Les Estoniens ne subiront pas la conséquence des actions de la mafia italienne, dirigée par les francs-maçons Mogherini et Juncker »

« Nourrissez un loup autant que vous voulez, il regardera toujours vers la forêt »

« 45 euros pour une mère avec un enfant, 1 000 euros pour un étranger – cela est-il juste ? »

manif-Estonie-vs-invasion-11052015-94-Feed a wolf as much
« Nourrissez un loup autant que vous voulez, il regardera toujours vers la forêt » « 45 euros pour une mère avec un enfant, 1 000 euros pour un étranger – cela est-il juste ? » [au milieu une pancarte concernant une taxe]

Tony Blair n’est plus premier ministre, mais il reste le valet d’Israël

Publié le Mis à jour le

Tony Blair a été le très impartial – c’est-à-dire totalement pro-israélien – émissaire du « quartette » (Union européenne (UE), Organisation des Nations unies (ONU), États-Unis, Russie) officiellement chargé de parvenir à un processus de paix au Proche Orient. Ce processus a été taillé en pièce par le gouvernement d’occupation juive en Palestine, sans qu’aucun des membres de cette instance ne condamne les actions criminelles d’Israël. Attaques sanglantes, répression aveugle, colonisation, nettoyage ethnique : rien ne semblait trop violents pour forcer le quartette à agir.

Quittant son poste, l’ancien premier ministre britannique n’entend pas abandonner son rôle de laquais de l’État criminel.

« L’antisémitisme n’est pas un problème juif, mais contamine l’ensemble de la société et doit être combattu pour le bien de nous tous. Les États, les organisations internationales et les autres acteurs doivent s’unir pour lutter contre la haine et l’intolérance. Si nous attendons que nos armées agissent, il sera trop tard »,

a-t-il écrit dans le Times sous la dictée de l’affairiste juif Moshé Kantor, son nouveau maître : il sera en effet le prochain président du Conseil européen pour la tolérance et la réconciliation (ECTR), une organisation extrémiste juive dont le but est de diffuser les mythes de guerre et de favoriser les intérêts d’Israël et des Juifs en Europe.

« Il était aussi reproché [à Tony Blair] d’entretenir de mauvaises relations avec l’Autorité palestinienne qui dénonçait sa proximité supposée avec Israël »,

note la presse. L’annonce de ses nouvelles fonctions devrait lever l’ambiguïté sur le caractère « supposé » de l’avilissement de Tony Blair devant l’occupant.

serpent