Actualité nationaliste en France

Lettre ouverte du frère de Horst Mahler, le plus vieux prisonnier politique du monde

Publié le Mis à jour le

Horst Mahler est emprisonné en Allemagne depuis le 25 février 2009. La justice d’occupation l’a condamné à douze années de prison pour avoir osé défendre l’honneur de l’Allemagne et dénoncer les mensonges historiques imposés à l’Europe depuis 1945 par ses nombreux ennemis. Horst Mahler, venu de l’extrême gauche la plus radicale, a ouvert les yeux sur ce que subit le peuple allemand depuis plusieurs décennies : la mort de l’âme allemande par la propagande de la prétendue “Shoah” et jusqu’à la disparition du corps biologique allemand par l’invasion et le métissage.

Malade et âgé de bientôt 80 ans, il a demandé une libération conditionnelle, accordée quasi automatiquement, comme en France, à tous les délinquants et criminels. Pourtant, dans le pays où le pédocriminel juif Daniel Cohn-Bendit a commis ses crimes et n’a jamais été arrêté ni moins encore emprisonné, les juges lui refusent le droit de retrouver la liberté, même sous un strict contrôle judiciaire. Ils font même pression sur l’héroïque combattant nationaliste pour qu’il retire sa demande. Ils lui reprochent d’avoir continué à défendre l’Allemagne et son peuple en prison, notamment par la publication du livre Das Ende der Wanderschaft (La Fin de l’errance).

Le 30 mai dernier son frère, Peter Mahler, a diffusé une lettre ouverte pour alerter l’opinion publique sur le sort du plus vieux prisonnier politique du monde.

 

 

C’est en tant que frère de Horst Mahler que je souhaite aujourd’hui appeler l’attention du public.

Je n’ai pas parlé de cette lettre à mon frère, il en ignore l’existence. Je ne sais pas s’il serait d’accord avec cette initiative, je pense même que non.

Pour mieux connaître ma personne voici un bref aperçu :

Je m’appelle Peter Mahler, j’ai 80 ans. Profession : commerçant diplômé dans la branche hôtelière et maître de cuisine.

Fonctions honorifiques [suit une liste de qualifications dont certaines sont difficiles à traduire en français: un poste à la Chambre de commerce de Berlin (à la retraite), vice-présidence de la Fédération allemande des cuisiniers (à la retraite), etc.]

Voilà pour ce qui concerne ma personne.

Le véritable objet de ce courrier concerne l’état de santé de mon frère, auquel je rends visite aussi régulièrement que possible.

Mon frère souffre de diabète, d’insuffisance cardiaque et de troubles de l’équilibre. Ce sont des problèmes liés au manque d’exercice et au régime alimentaire.

Si un jour mon frère devait lire ces mots, il me reprocherait d’avoir violé le secret médical (comme il l’a déjà fait quand j’ai informé les membres de notre famille). Je lui rétorquerai que je ne suis pas médecin et que par conséquent je n’ai pas fait le serment de respecter un secret professionnel.

Il y a peu de temps mon frère, mettant de l’ordre dans sa cellule, a fait une chute et s’est cassé l’épaule droite. J’ai pu le vérifier personnellement: son épaule droite est bandée jusqu’au bras, et il a de gros hématomes. Du coup, il lui est difficile d’écrire. Il peut taper avec 2 doigts seulement, c’est tout ce qui lui reste. Pour se rendre de sa cellule à l’infirmerie, il doit traverser un long couloir, ce qu’il fait avec beaucoup de difficulté et en titubant.

Mon frère a déjà accompli cette année les 2/3 de sa peine et, conformément à la loi, il pourrait aujourd’hui, à ma connaissance, exiger une libération qui ne lui est toutefois pas accordée. Au lieu de cela il a reçu une lettre de la chambre d’exécution des peines de Potsdam qui lui demande de retirer sa demande de libération. À mon point point de vue, c’est matériellement impossible, et cela n’a plus rien à voir avec le droit. Une telle demande de la part d’un juge est tout bonnement criminelle.

Avec mes sincères salutations

Peter Mahler

Horst Malher

Notre plan d’urgence pour Calais : Yvan Benedetti, Thomas Joly, Kevin Reche et Vincent Vauclin s’engagent pour Calais

Publié le Mis à jour le

Nous publions ci-dessous un document signé par Yvan Benedetti, Thomas Joly, Kevin Reche et Vincent Vauclin concernant la situation à Calais.

Communiqué commun de 4 organisations

Une alternative existe : pour Calais comme pour la France, nous avons des solutions !

Alors que la ville de Calais s’enfonce chaque jour davantage dans le chaos multiculturel, 4 organisations se rassemblent aujourd’hui pour vous présenter ce Plan d’urgence pour Calais.

Kevin Reche, pour le collectif Sauvons Calais ;

Yvan Benedetti, pour Jeune nation ;

Thomas Joly, pour le Parti de la France ;

Vincent Vauclin, pour la Dissidence française.

foutonslesdehors-lafranceauxfrançais (2)

Depuis des années, la ville de Calais est prise en otage. Au quotidien, les habitants sont confrontés à la présence d’immigrés clandestins de plus en plus nombreux qui, en toute illégalité, et dans l’espoir factice de passer en Angleterre, s’installent sur notre territoire.

Affrontements ethniques, vols, nuisances, aggravation de la situation sanitaire et environnementale, agressions, explosion de la délinquance, voilà que lest le quotidien des forces de l’ordre, des routiers, des commerçants, des travailleurs et des habitants calaisiens exaspérés, tous  victimes du laxisme   du Système.

Car malgré les annonces des ministres de l’Intérieur successifs, des gouvernements de droite comme de gauche, rien n’est fait pour endiguer la spirale infernale dans laquelle s’enfonce la ville de Calais. Rappelons par exemple qu’en 2002, sous la pression britannique, Sarkozy avait démantelé le camp de Sangatte, sans apporter aucune solution au problème de fond : la preuve aujourd’hui encore à Calais…

Pire, le gouvernement Valls et ses auxiliaires associatifs interdisent désormais nos manifestations et cherchent par tous les moyens à étouffer la résistance légitime des patriotes Français.

L’arrivée massive d’immigrés sur les côtes de la Méditerranée laisse présager une situation encore plus grave pour Calais et ses environs dans les mois qui viennent. Nous, patriotes, nationalistes et dissidents Français, nous avons des solutions, et proposons collectivement ce Plan d’urgence pour sauver Calais, avant que la situation ne devienne totalement ingérable…

* Nous exigeons l’intervention immédiate des forces de l’ordre à Calais, afin de procéder à l’interpellation et à l’expulsion sans délai des immigrés clandestins. Nous préconisons la mise en place de Comités d’autodéfense populaire, en coordination avec les forces de l’ordre.

* Nous exigeons la dissolution immédiate des associations immigrationnistes qui aident les immigrés clandestins et se rendent ainsi complices des passeurs, du viol de la loi Française et des conséquences dramatiques de l’immigration clandestine.

* Nous exigeons l’arrêt immédiat de l’immigration légale et clandestine, la restauration des frontières nationales, et la suspension des accords de Schengen. Les clandestins arrivant sur nos côtes seront systématiquement refoulés, comme cela se fait en Australie.

* Nous exigeons l’organisation sans délai d’un vaste programme de remigration, s’appuyant sur une révision rétroactive des critères d’attribution de la nationalité (prééminence du droit du sang), sur l’arrêt des « pompes aspirantes de l’immigration » (allocations sociales et familiales), et sur l’expulsion des délinquants étrangers.

Télécharger le document en PDF !

Capture d’écran 2015-06-04 à 15.37.28

Le gouvernement d’occupation prétend interdire la manifestation de Sauvons Calais le 7 juin ? Tous à Calais le 7 juin !

Publié le Mis à jour le

Suite à l’interdiction inique de la manifestation organisée dimanche prochain par Sauvons Calais et le Parti de la France par les autorités préfectorales, un recours en référé va être déposé pour casser en justice cette décision politique et permettre aux Calaisiens de se rassembler dimanche pour dire non à la submersion migratoire.

Si cette interdiction devait être maintenue, une grande réunion pour la liberté d’expression des nationalistes se déroulera tout de même à Calais dimanche à 14 h 30 afin d’exprimer haut et fort notre volonté de renvoyer chez eux tous les clandestins et de rendre la France aux Français !

Madame Buccio, « préfète » du Pas-de-Calais, a cru se faire un coup de pub en annonçant simultanément le démantèlement de deux squats de délinquants étrangers et l’interdiction pour les défenseurs de la France française de descendre dans la rue à Calais. Pourtant personne ne nous fera taire et nous serons bien présents à Calais dimanche 7 juin !

ont annoncé les organisateurs et principaux orateurs Kévin Reche, président de Sauvons Calais, Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France (PDF) et Yvan Benedetti, directeur de Jeune nation.

Sauvons Calais manifestation 09062015-