Géopolitique

L’agent d’Israël Fabius tente encore de faire échouer un accord avec l’Iran

Publié le Mis à jour le

L’agent d’Israël Fabius tente encore de faire échouer un accord avec l’Iran

Le Juif Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’occupation, alors que la signature d’un accord avec l’Iran est à nouveau à l’ordre du jour, tente une fois encore de faire échouer les négociations sur la question du nucléaire civil. L’homme du sang contaminé, qui s’accommode fort bien de la détention en toute illégalité et en dehors de tout contrôle international par l’État criminel d’Israël de plusieurs centaines de têtes nucléaires, a adopté les positions des plus extrémistes des politiciens d’Israël sur l’Iran.

En réclamant un accès quasi total à toutes les infrastructures iranienne, notamment militaire, il impose des demandes qu’il sait irrecevables. Et si elles étaient acceptées, elles feraient avant tout la joie des services secrets de l’entité sioniste, qui menace régulièrement depuis des années d’attaquer l’Iran et qui serait comblée de recevoir toutes ces informations.

Interrogé sur des « doutes » concernant la volonté de l’Iran de ne pas se doter de l’arme nucléaire, il a répondu :

« Oui, et notamment sur un point très important, c’est la vérification. Un accord qui n’est pas vérifiable n’est pas appliqué ».

C’est sans doute pour cela que l’entité sioniste ne fait l’objet d’aucun accord sur le sujet. Alors que l’Iran a accepté un large accès de ses installations nucléaires aux experts internationaux, les membres du groupe « 5+1 » (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), notamment sous la pression du lobby juif, exigent toujours plus.

L’agent d’Israël en France avait déjà affirmé en mai que le gouvernement d’occupation refuserait un accord sans un accès total, sachant que celui-ci serait rejeté par le gouvernement iranien.

iran-menace_paix_israel

Publicités

Treize russes dont une invertie à l’islam arrêtés en Turquie

Publié le Mis à jour le

Quatorze ressortissants de la Fédération de Russie ont été arrêtés à la frontière entre la Turquie et la Syrie en tentant de rejoindre les groupes terroristes qui y sévissent. Parmi eux figure une jeune étudiante dont le cas avait été médiatisé ces derniers jours.

Varvara Karaulova a été arrêtée à un point de passage habituellement utilisé par les groupes terroristes entre la Turquie et la Syrie. Cette étudiante en philosophie à l’université de Moscou, âgée de 19 ans, s’est « intéressée » à l’islam et à la langue arabe avant de suivre la propagande des groupes terroristes. Selon ses amis, ses habitudes ont commencé à changer il y a neuf mois, quand elle a commencé à prendre des cours d’arabe à l’université de Moscou. Partant de chez elle en jeans selon sa famille, elle se changeait ensuite pour porter le foulard islamique. Elle s’était montrée distante de sa famille – la jeune femme est issue d’une famille de divorcés – et de ses amis ces dernières semaines, après avoir commencé à fréquenter les populations musulmanes du Caucase installées dans la capitale. Les médiats ont fait part de la peur rencontrée chez les proches et les témoins des agissements de la jeune fille ces derniers temps.

Varara Karaulova-russe invertie à l'islam-052015

Son père s’était rendu en Turquie pour retrouver sa fille. Des journalistes ont également enquêté sur place :

« Une jeune femme nommée Berfin portant un voile islamique rose vif, a précisé qu’elle voyait de plus en plus de personnes de langue russe dans le quartier, y compris des femmes »

notait l’Huffington Post au début du mois. Un autre témoin a dit avoir vu une femme russe portant le ‘niqab’ mais ne maîtrisant pas le turc.

« Un homme de cette zone, qui a seulement donné son prénom, Moustafa, a décrit le secteur comme un “centre logistique” pour les djihadistes. Moustafa a affirmé avoir vu des hommes courant le long d’une rivière à proximité il y a plusieurs mois, tenant de faux fusils en bois sculptés. “C’était comme s’ils s’exerçaient à des combats”, a-t-il dit. »

rapportait encore le journal. Selon Moustafa, des groupes de Turcs, mais également d’étrangers tentent de recruter des jeunes pour partir en Syrie, profitant de la pauvreté des communautés locales pour offrir des vêtements et des téléphones en guise d’arguments.

Environ 2 000 russophones auraient rejoint les rangs des terroristes en Syrie.

Varara Karaulova en famille avant son inversion
Varara Karaulova en famille avant son inversion

L’action combinée des services de renseignements russes, d’Interpol et des autorités turques a permis la localisation de la jeune invertie en Turquie et son interpellation juste avant qu’elle ne passe en territoire syrien.

Ce fait divers illustre les méfaits du nihilisme imposé par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale en n’ayant à proposer à la jeunesse blanche que le néant du matérialisme. De Brest à Vladimostock, les jeunes se tournent aujourd’hui vers la drogue et l’hédonisme consumériste pour les pires éléments, vers des actes désespérés comme le ralliement de groupes d’égorgeurs pour les plus idéalistes.

islamiste-jn-

Marine Le Pen soutient un fidèle allié de l’Arabie séoudite, principal financier du djihadisme

Publié le

Pour se donner une stature internationale, Marine Le Pen prête à toutes les compromissions

« Le président el-Sissi est un des leaders qui a le message le plus clair à l’égard du fondamentalisme. Nos choix au Front national sont clairs, soutenir les pays qui luttent contre le fondamentalisme, au premier rang desquels bien entendu l’Égypte et les Émirats arabes unis »,

a prétendu Marine Le Pen, alors même qu’au moment de la visite en Égypte de la dirigeante d’extrême droite, le gouvernement égyptien affichait son total soutien à l’Arabie séoudite.

Pourtant, l’Arabie séoudite est l’un des premiers financiers du terrorisme international, à tel point que la même Marine Le Pen déclarait le 1er mai :

« L’État islamique s’est étendu en Syrie. François Hollande n’a-t-il pas souhaité les aider en bombardant l’armée régulière ou en fermant les yeux sur le Qatar et l’Arabie séoudite qui les armaient ? »

Bénéficiant de curieuses complicités, elle a rencontré le dirigeant de la mosquée el-Azhar, l’une des plus importantes sommités du monde sunnite, ainsi que le premier ministre égyptien.

Ces dernières années, les dirigeants d’el-Azhar ont prononcé des avis juridiques (« fatwas ») justifiant la peine de mort pour ceux qui refusent l’excision, pour les musulmans apostats ; à l’inverse, Ahmed el-Tayeb, l’imam rencontré par Marine Le Pen, a refusé de considérer les égorgeurs de l’État islamique comme des apostats, les considérant comme de simples (bons ?) musulmans.

Marine Le Pen pour « le droit des musulmans français à pratiquer leur foi et à l’exprimer en toute liberté »

Après son entretien avec Marine Le Pen, Ahmed el-Tayeb a déclaré avoir sévèrement tancé Marine Le Pen sur l’islamophobie du parti d’extrême droite. Il a affirmé avoir élevé de « sérieuses réserves concernant ses opinions hostiles à l’islam et aux musulmans, telles qu’elles sont rapportées par les médias internationaux », lui lançant que « ses opinions devaient être revues et corrigées ».

Selon cette haute autorité islamiste, Marine Le Pen a rapidement donné des gages : la dirigeante du FN aurait « reconnu qu’il ne fallait pas faire l’amalgame entre l’islam et les actes de violence commis par ceux qui s’en réclament » selon un communiqué publié par l’université islamique.

Selon la même source, Marine Le Pen a également reconnu « le droit des musulmans français [sic] à pratiquer leur foi et à l’exprimer en toute liberté ». Ainsi, si Marine Le Pen a avalisé toutes les demandes de l’un des plus puissants dirigeants sunnites concernant une minorité d’étrangers en France, il semble qu’à aucun moment elle n’a abordé le sort des Cooptes avec l’imam. Pourtant, contrairement aux islamistes en France, les Cooptes forment une communauté autochtone qui était présente dans le pays plusieurs centaines d’années avant l’invasion islamiste et les conversions forcées.

Les vérités énoncées par Marine Le Pen dans le Delta du Nil ne semble pas exactement les mêmes que celles déversées par la propagande du parti d’extrême droite habitué depuis maintenant plusieurs années à moduler son discours selon l’électorat visé.

jeune_nation_048_islamisme_demain-ta-fille

Un journal turc diffuse les preuves de la fourniture d’armes du gouvernement aux terroristes

Publié le Mis à jour le

Le quotidien turc Cumhuriyet (La République), proche du Parti républicain du peuple (CHP, Cumhuriyet Halk Partisi), opposant au gouvernement, a publié des photos et une vidéo montrant la réalité des livraisons d’armes aux terroristes en territoire syrien. Après le gouvernement syrien, ces faits ont peu à peu été révélés par des médiats turcs avant que des policiers, des magistrats et des militaires parviennent à arrêter un train affrété illégalement par les services secrets turcs et rempli d’armes. Tous ceux qui ont dénoncé ces livraisons d’armes ont depuis été arrêtés par le tout puissant Recep Tayyip Erdoğan. Quarante-deux personnes sont actuellement emprisonnées pour avoir participé à la manifestation de la vérité. Dès la parution des articles, deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes contre le directeur de Cumhuriyet, notamment pour espionnage et crimes contre l’État, ce qui tend à démontrer la réalité des accusations.

obus pour les terroristes islamistes turquie--

Les images montrent des obus de mortier dissimulés dans une cargaison de médicaments, acheminée par des camions censés transporter de l’aide humanitaire au nom d’une organisation non gouvernementale. Un millier d’obus ont été découverts. Plusieurs centaines de lance-grenades ont également été retrouvés. Dans des boîtes, des médicaments ont également été remplacés par environ 80 000 munitions. Il s’agit de matériels russes, issus d’anciennes républiques soviétiques.

9 obus pour les terroristes islamistes turquie

Les faits se sont déroulés près de la frontière avec la Syrie en janvier 2014 quand des gendarmes, vraisemblablement informés, ont intercepté le convoi. Les révélations prennent place dans la guerre qui mine le gouvernement islamiste à son opposition, notamment aux successeurs des mouvements kémalistes laïcs anti-islamistes. Ces derniers dominaient la vie politique jusqu’à la fin du XXe siècle avant d’être supplantés par les « islamo-conservateurs ».

Plus que l’atteinte à l’intégrité territoriale de la Syrie et aux dommages causés au gouvernement de Bachar el-Assad, l’affaire est avant tout un règlement de compte interne à la Turquie. Les dénonciateurs des agissements du gouvernement turc s’alarment également de l’utilisation de ces armes par les terroristes islamistes avant tout contre les Kurdes à la frontière avec la Turquie.

Plusieurs membres de l’opposition ont déclaré qu’il fallait juger le président turc pour trahison. D’autres ont évoqué la possibilité de le faire juger devant le tribunal de La Haye pour complicité de crime de guerre et crime contre l’humanité. Membre de l’OTAN, la Turquie appartient également à l’ONU, que des hommes politiques turcs pressent d’intervenir également contre ces livraisons d’armes.

http://www.liveleak.com/ll_embed?f=e97bba34a3bf