Insultes et menaces : Israël attaque violemment Orange

Publié le Mis à jour le

Nous annoncions hier la volonté du président d’Orange de se retirer du marché en Palestine occupée, où le groupe est jusqu’ici lié à une entreprise israélienne. Les réactions haineuses et menaçantes venues d’Israël se sont multipliées hier.

Le premier ministre de l’entité sioniste, le criminel contre l’humanité Benyamin Netanyahou, a violemment attaqué Stéphane Richard et sommé le gouvernement d’intervenir. Il a exigé que le gouvernement « répudie publiquement la déclaration et l’action misérables » de la société dirigée par l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde ; il a tenté de faire de l’acte de ce dernier une attaque antisémite.

« [J’appelle] tous nos amis à déclarer de façon inconditionnelle, d’une voix forte et claire, qu’ils sont opposés à toute forme de boycott contre l’État des juifs »,

a-t-il lancé, sans craindre de s’étendre sur

« le drame absurde dans lequel une démocratie respectueuse des droits de l’homme, l’État d’Israël, se défend contre des tirs de missile et des tunnels de terroristes, puis subit des condamnations automatiques et des tentatives de boycott ».

Les déclamations au nom de la sainte Shoah n’étaient pas loin.

« De façon inquiétante, je n’ai toujours pas entendu de la part des dirigeants français, comme cela a été le cas en Grande-Bretagne, de condamnations des remarques faites par le PDG de France Télecom »,

s’est lamenté le président Reuven Rivlin.

Un rapport rédigé par plusieurs associations pro-palestiniennes révélait il y a quelques jours que

« l’entreprise de télécommunications israélienne Partner exerce des activités économiques et réalise des profits dans les colonies israéliennes, notait le rapport. Elle a construit et possède une centaine d’antennes sur des terres privées palestiniennes confisquées, offre ses services aux colons et à l’armée israélienne, et tire profit des restrictions à l’économie palestinienne. »

De son côté, Orange a tenté de calmer les esprits. Son président s’est exprimé sur la polémique.

« Le groupe Orange n’est pas actionnaire de la société Partner et n’a donc aucune influence sur la stratégie ou le développement opérationnel de celle-ci. Il s’agit d’une entreprise qui utilise le nom d’Orange, mais qui n’a rien à voir avec le groupe et qui n’est pas contrôlée par nous »,

a précisé Stéphane Richard, rappelant d’ailleurs que c’est l’un de ces extraordinaires hasards qui a fait que cette entreprise colonialiste juive est la seule au monde a avoir obtenu de pouvoir utiliser la marque Orange. Une concession qui doit durer jusqu’en 2025.

« Tout cela n’a rien à voir avec le contexte politique »,

a-t-il également affirmé.

« On ne se retire pas d’Israël. […] Il ne [faut] pas chercher à faire une affaire d’une simple question de droit des entreprises  »,

a de son côté indiqué Pierre Louette, un haut dirigeant d’Orange. Au final, tout cela pour en arriver à une piteuse reculade qui ne fera que des mécontents.

israel-aucune-critique-autorisee

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s