Marine Le Pen soutient un fidèle allié de l’Arabie séoudite, principal financier du djihadisme

Publié le

Pour se donner une stature internationale, Marine Le Pen prête à toutes les compromissions

« Le président el-Sissi est un des leaders qui a le message le plus clair à l’égard du fondamentalisme. Nos choix au Front national sont clairs, soutenir les pays qui luttent contre le fondamentalisme, au premier rang desquels bien entendu l’Égypte et les Émirats arabes unis »,

a prétendu Marine Le Pen, alors même qu’au moment de la visite en Égypte de la dirigeante d’extrême droite, le gouvernement égyptien affichait son total soutien à l’Arabie séoudite.

Pourtant, l’Arabie séoudite est l’un des premiers financiers du terrorisme international, à tel point que la même Marine Le Pen déclarait le 1er mai :

« L’État islamique s’est étendu en Syrie. François Hollande n’a-t-il pas souhaité les aider en bombardant l’armée régulière ou en fermant les yeux sur le Qatar et l’Arabie séoudite qui les armaient ? »

Bénéficiant de curieuses complicités, elle a rencontré le dirigeant de la mosquée el-Azhar, l’une des plus importantes sommités du monde sunnite, ainsi que le premier ministre égyptien.

Ces dernières années, les dirigeants d’el-Azhar ont prononcé des avis juridiques (« fatwas ») justifiant la peine de mort pour ceux qui refusent l’excision, pour les musulmans apostats ; à l’inverse, Ahmed el-Tayeb, l’imam rencontré par Marine Le Pen, a refusé de considérer les égorgeurs de l’État islamique comme des apostats, les considérant comme de simples (bons ?) musulmans.

Marine Le Pen pour « le droit des musulmans français à pratiquer leur foi et à l’exprimer en toute liberté »

Après son entretien avec Marine Le Pen, Ahmed el-Tayeb a déclaré avoir sévèrement tancé Marine Le Pen sur l’islamophobie du parti d’extrême droite. Il a affirmé avoir élevé de « sérieuses réserves concernant ses opinions hostiles à l’islam et aux musulmans, telles qu’elles sont rapportées par les médias internationaux », lui lançant que « ses opinions devaient être revues et corrigées ».

Selon cette haute autorité islamiste, Marine Le Pen a rapidement donné des gages : la dirigeante du FN aurait « reconnu qu’il ne fallait pas faire l’amalgame entre l’islam et les actes de violence commis par ceux qui s’en réclament » selon un communiqué publié par l’université islamique.

Selon la même source, Marine Le Pen a également reconnu « le droit des musulmans français [sic] à pratiquer leur foi et à l’exprimer en toute liberté ». Ainsi, si Marine Le Pen a avalisé toutes les demandes de l’un des plus puissants dirigeants sunnites concernant une minorité d’étrangers en France, il semble qu’à aucun moment elle n’a abordé le sort des Cooptes avec l’imam. Pourtant, contrairement aux islamistes en France, les Cooptes forment une communauté autochtone qui était présente dans le pays plusieurs centaines d’années avant l’invasion islamiste et les conversions forcées.

Les vérités énoncées par Marine Le Pen dans le Delta du Nil ne semble pas exactement les mêmes que celles déversées par la propagande du parti d’extrême droite habitué depuis maintenant plusieurs années à moduler son discours selon l’électorat visé.

jeune_nation_048_islamisme_demain-ta-fille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s