Le préfet de police veut disséminer les clandestins sanitairement dangereux à travers la capitale

Publié le Mis à jour le

Les innombrables clandestins qui attaquent la France par centaines voire par milliers chaque jour représentent une grave menace sanitaire pour notre peuple. Cela n’est pas nouveau et depuis plusieurs années l’invasion a conduit à l’apparition ou la réapparition de nombreuses maladies et problèmes de santé que les Européens avaient éradiqués. Cela a conduit à de nouvelles pressions sur un système de santé déjà ruiné par 70 ans de république et surtout à faire courir d’importants risques à une population affaiblie par la vaccination et la surconsommation de médicaments.

La situation est telle que les autorités, ces mêmes autorités qui favorisent et organisent l’invasion, s’en inquiètent. Le préfet de police de Paris est intervenu aujourd’hui au conseil de Paris pour y évoquer la situation du camp occupé par les « migrants » au cœur de Paris. Sans la moindre réaction de la police, les délinquants ont créé un bidonville sous le métro aérien, sur le boulevard de La Chapelle (10e arrondissement). Outre les problèmes déjà connus et induits par ce type d’occupations, le préfet de police a annoncé qu’il y existait un « risque d’épidémie » :

« J’ai demandé à l’Agence régionale de santé un rapport sur la situation sanitaire de ce site. […] Je considère donc que ce péril imminent lié au risque d’épidémie est susceptible de justifier au plan juridique […] que je prenne un arrêté sur le fondement de mes pouvoirs de police générale »,

a-t-il précisé. Mais si le représentant du gouvernement a fait part de sa volonté d’évacuer les lieux, ce sera non pas pour expulser massivement tous les indésirables qui ont violé nos frontières et qui sont présents illégalement sur le territoire français, mais pour mieux disséminer ce risque à travers la capitale. « Des propositions d’hébergements individualisées en fonction de la nature des publics » seront proposées, quand des centaines de milliers de Français vivent dans la rue et que plusieurs millions d’autres vivent sous le seuil de pauvreté parfois sans le moindre soutien de l’État.

« Les autres personnes en transit vers d’autres destinations et qui ne veulent pas demander l’asile se verraient proposer une mise à l’abri temporaire. Ce travail de recherche d’hébergements en nombre suffisant est en cours »,

a également déclaré le préfet de police, se faisant ainsi le complice de l’invasion d’autres pays européens.

jeune_nation_057_vivre_ensemble_jn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s