L’ancien ministre de l’Intérieur de Sárközy jugé pour détournement

Publié le Mis à jour le

L’ancien ministre de l’Intérieur de Sárközy jugé pour détournement

Le très sárközyste Claude Guéant a été renvoyé devant la justice sous l’accusation de complicité et recel de détournement de fonds publics par ordre et instruction. Alors qu’il était ministre de l’Intérieur entre 2002 et 2004, il a reçu illégalement chaque mois 10 000 euros en liquide – soit plus de 240 000 euros en deux ans. Claude Guéant et ses proches s’octroyaient­ des « primes » en prenant l’argent dans des fonds secrets censés être utilisés comme frais d’enquête et de surveillance par les policiers, utilisés notamment pour payer les ‘indics’.

L’enquête avait débuté en 2013 après les perquisitions menées dans le cadre des investigations dans l’affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sárközy. Les policiers avaient découvert que Claude Guéant était allé pour blanchir l’argent jusqu’à payer certaines factures allant jusqu’à 50 000 euros en liquide. Outre le détournement de fonds publics, une partie de l’argent pourrait également venir d’une autre fraude sur laquelle les enquêteurs travaillent toujours. L’ancien ministre de l’Intérieur avait évoqué la vente de tableau de famille pour 500 000 euros. Il est actuellement mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée, faux et usage de faux.

Les écoutes téléphoniques ont démontré par ailleurs que le très exemplaire Claude Guéant avait contacté son homologue très républicain Michel Gaudin pour mettre au point un alibi.

-Quel con j’ai été de garder des factures ! Franchement…

-C’est pour ça que là, on pourrait peut-être se voir… Discrétos.

s’étaient dit les deux sárközystes.

L’argent finissait en réalité dans les poches des plus hauts salaires du ministère de l’Intérieur, Claude Guéant arrosant ses collaborateurs, comme des générations de ministres corrompus et républicains – corrompus parce que républicains – avant lui. Il s’agissait d’une double entorse à la loi : le même Claude Guéant, alors directeur général de la police nationale, en 1998, avait interdit cette pratique. En janvier 2002, le gouvernement avait de son côté interdit les primes de cabinet, derrière lesquelles se cache Claude Guéant pour expliquer les faits.

Il sera jugé avec un autre très proche de Nicolas Sárközy, l’ancien préfet de police de Paris et ancien directeur général de la police nationale Michel Gaudin, nommé depuis directeur du cabinet de Nicolas Sárközy. Trois autres préfets se retrouveront sur le banc des accusés aux côtés de deux anciens directeurs de la police nationale (sic) : Daniel Canepa, Michel Camux et Gérard Moisselin. Ils encourent dix ans de prison. Si dans un État sain leur qualité de hauts fonctionnaires leur ferait encourir dix fois plus, la justice républicaine devrait leur infliger, au mieux, dix fois moins.

corruption-moraliser-la-vie-publique-solution-jn--749x451

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s